CULTURE  

Tradition Maçonnique, Traditions Asiatiques, concordance vers l’Unité

Aujourd'hui,j’ai envie de vous faire partager aujourd’hui ma réflexion quant aux traditions initiatiques que nous travaillons ici. Franc Maçonnerie, Traditions Asiatiques, un chemin commun. Notre chemin commun à la LDV.

L’exercice est vaste ! Sans expertise particulière sur les traditions asiatiques, sans chercher à faire un travail de recherche comparatif sur lequel il m’aurait fallu des années à plein temps, j’ai pris le parti de réfléchir par le rapprochement de certains préceptes de Lao Tseu et du Taô-tö King, des méditations de François Cheng ainsi que des échanges lors d’une magnifique tenue au GO organisée par la RL Erasme avec un orateur sinologue de renom : Cyril Javary qui a traité de la vision chinoise du rituel.

J’espère que cela portera la discussion sur les colonnes qui enrichiront mes propos.

Je vous propose l’approche suivante :

1/ FM et traditions asiatiques : concordances spirituelles
2/ FM et traditions asiatiques : concordances rituelles et symboliques
3/ Vivre la FM à la LdV, une spécificité nous menant sur le chemin de l’Unité.
   
- Conclusion sur l’unité

  • 1/ FM et traditions asiatiques : concordances spirituelles
La cosmologie chinoise est fondée sur l’idée du Souffle, à la fois matière et esprit. A partir de cette idée du Souffle, les premiers penseurs ont avancé une conception unitaire et organique de l’univers vivant où tout se relie et se tient. Le Souffle primordial assurant l’unité originelle continue à animer tous les êtres, les reliant en un gigantesque réseau d’entrecroisements et d’engendrement appelé le Tao, la Voie.

La doctrine du Tao a beaucoup influencé l’âme chinoise.
Tao… trois lettres pour dire l’axe central de l’univers, « d’où tout part et où tout revient ». Cette doctrine ancestrale donne des clés pour vivre dans l’énergie, la prospérité et l’authentique. Moins connue que le bouddhisme, souvent confondue avec le zen, le tao nous indique « ce qui marche » pour favoriser la vie. « Il émousse ce qui tranche, démêle les nœuds, discerne dans la lumière, assemble ce qui, poussière, se disperse », écrivait son fondateur Lao Tseu.

Au sein du Tao, la nature du Souffle et son rythme sont ternaires, en ce sens que le Souffle primordial se divise en trois types de souffles qui agissent concomitamment : le souffle Yin, douceur réceptive, le souffle Yang, puissance active, et le souffle du Vide median qui tire son pouvoir du Vide originel et a le don de les entraîner dans l’interaction positive, cela en vue d’une transformation mutuelle, bénéfique pour l’un et l’autre.
Le tao offre la vision d’un monde holistique, car il part de l’existence d’un flux d’énergie commun, le « ch’i », qui baigne aussi bien le soleil, les planètes que chaque être humain.  Tout homme, parce qu’il se sait en interaction avec toute chose vivante, se sent donc à sa place dans l’univers.

Au sein de la marche du Tao, l’interaction a pour effet la transformation.

- En Loge, le ternaire est aussi de mise : 3 Maîtres la dirigent. Le Vénérable Maître qui siège à l’Orient, dans l’axe de la loge, préside l’atelier. Avec le concours des premiers et seconds surveillants, il forme le ternaire indispensable pour diriger la loge. Une pensée dans les 3 plans se met en place, sur le plan initiatique, cela nous ouvre la voie de l’humilité et de la sagesse.

Etre reçu Franc Maçon signifie alors pour nous être appelé et accepter notre devenir dans une perception subtile de notre devoir d’humanité, qui est de briser la sphère de notre individualité pour nous ouvrir aux autres et épouser la création entière.

Nous retrouvons en Asie les représentations structurées selon une double symétrie (carré, cercle) des mandalas ou de la symbolique de la Tortue.

En Chine, la tortue possède une symbolique particulièrement forte et importante, se faisant l'allégorie du monde. Le ventre de la tortue forme un carré, inscrit dans le cercle formé par la carapace, figurant ainsi la conception schématisée du monde chinois : le carré au centre du monde représente la Chine, les parties entre la carapace et le ventre représentent le reste du monde, les "barbares", tandis que le monde céleste s'étend au-delà du cercle. Elle est connue en Chine comme détenant les secrets du ciel et de la terre.

Les sept chakras résonnent comme la Loge où Sept Maîtres la rendent juste et parfaite. Le nombre sept replace l’homme au centre de la croix cosmique.

-La loge, œuf cosmique fécondé par les nombres, tend à la justesse et à la perfection. Le sept est la porte de l’Etre. Addition du 3 et du 4, il est l’union du ciel et de la Terre. Nombre premier, il est indivisible. En sa cohésion réside sa force immuable, car la Force il établira.

Finalement, les sept piliers de la loge font l’unité de circulation des énergies vitales pour celle-ci. On retrouve le souffle, l’énergie du Chi et l’Unité.

En entrant en loge, nous prenons conscience de cette trinité qui nous caractérise, et les exemples symboliques sont nombreux pour nous l’évoquer. Ce parcours initiatique nous invite à prendre conscience que nous sommes le vénérable maître de nous-mêmes et que notre solitude intérieure nous invite à la vigilance

  • 2/ FM et traditions asiatiques : concordances rituelles et symboliques

Lao Tseu :

« Sans franchir sa porte,
On connaît l’univers.
Sans regarder par sa fenêtre,
On aperçoit la voie du Ciel.
Plus on va loin, moins on connaît
Le Saint connaît sans voyager, comprend sans regarder, accomplit sans agir ».

- En loge, nous sommes entre ciel et terre. Sous la voûte étoilée nos travaux s’effectuent tout en étant guidés par l’axe de notre fil à plomb.

Je ne puis citer en liste tous les symboles et rituels comparables tellement il y en a. Mais j’ai choisi ce qui me marque le plus.
Comme exprimé par Cyril Javary lors de son intervention en Loge autour du Rite, du rituel, nous pouvons échanger sur le rite dans la vision chinoise : le rite est l’outil du savoir-vivre social – le surcroît d’aise en société. Le rite apporte de la souplesse dans les comportements qui peuvent se pervertir s’il n’y a aucun frein.
La Personne (ce qui est différent de l’individu) est au centre de la recherche ritualiste chinoise. L’individu est. La personne est ce que nous devenons forgés par le quotidien, par l’interaction aux autres.
Confucius a exprimé le devoir d’humanité et la clarté de la beauté.

-Nous retrouvons le cœur de notre présence en loge. Notre recherche en FM est autour de la concorde universelle : amélioration de l’homme et de la société et faire coïncider la frontière personnelle et sociale. Finalement, d’individu, nous devons une Personne.
Comprendre l’importance de la recherche ritualiste pour la personne forgée par l’interaction aux autres permet de comprendre l’importance du rituel en Loge. N’a-t-il pas le même objet ?

Lao Tseu : « Parler rarement est conforme à la nature».

En Loge, utiliser le silence, gérer la circulation de la parole, demander la parole, n’intervenir qu’en valeur ajoutée…la FM est sur le même chemin.

Boudha a de grandes oreilles pour écouter. En FM, le silence est d’or.
Voici cinq principes du tao desquels on peut décliner aussi notre symbolique initiatique :

Rechercher l’essence, fuir l’apparence
Le tao privilégie l’être au paraître.

- En loge, nous nous allégeons de nos métaux, taillons notre pierre brute, descendons au fond de nous avec notre fil à plomb. Ceci pour privilégier l’Etre au paraître.

Savoir que l’on est relié au monde et que les rythmes du monde sont en soi…   

-les Francs Maçons sont unis par leurs travaux en loge, leur tradition initiatique partagée et unique, une chaîne d’union effectuée à chaque fin de tenue.

En toute chose, reconnaître la danse du yin et du yang

« Le yin est ce qui a envie de devenir yang, et le yang, ce qui a envie de devenir yin » Cyrille Javary

Dans toute situation, l’une de ces forces succédera à l’autre. Aussi, pour trouver l’harmonie, on recherchera sans cesse le point d’équilibre entre les deux.

-On retrouve en Loge le pavé mosaïque, la colonne du nord et du sud, le ciel et la terre, le soleil et la lune etc…

S’accorder aux cycles

Toute chose vivante est soumise à des cycles de destruction et de régénération. La sagesse, c’est de savoir reconnaître la fin d’un cycle, de ne pas se battre contre l’incontournable et de savoir quand bouger. Le tao peut alors se faire réconfortant puisqu’il nous chuchote à l’oreille : « Il n’y a qu’une chose qui ne change pas, c’est que tout change tout le temps. »

-Je citerai l’ouverture et la fermeture des travaux, de midi à minuit. Je citerais aussi nos tenues de solstices d’été et d’hiver. Bien sûr, je citerai les augmentations de salaires où chaque fin de cycle mène à un nouveau pour grandir.

Cyril Javary citait Mao : 1 se divise en deux. Dans toute situation, il y a deux aspects.

Un subtil équilibre se crée alors en l’homme, reliant une approche binaire source du discernement propre à l’analyse et un principe ternaire qui, en ramenant à l’unité, synthétise et fait cheminer l’initié vers la quintessence de sa recherche.

« Le tao engendre UN,
Un engendre deux,
Deux engendre Trois,
Trois engendre tous les êtres du monde »

Cette danse du Yin et du Yang mène à l’Unité et l’Unité se divise en deux. Autrement dit, c’est une vision circulaire ou en spirale mais en tous cas, à mes yeux, ce n’est pas linéaire.
S’asseoir et oublier

« Le sage rejette toute influence et demeure centré. Individualiste, il méprise la politique car il sait que le travail intérieur prime sur tout et que pour agir en accord avec le tao, il faut d’abord être à l’écoute de sa nature profonde. Pour contacter la sagesse, une seule voie : entrer dans le silence intérieur et méditer.  C’est la “voie de l’eau”. On ne médite pas pour gagner plus de sagesse ou de sérénité mais, au contraire, on s’assoit pour perdre chaque jour quelque chose : une idée erronée, un mauvais comportement, une émotion conflictuelle… et ainsi rejoindre l’unité primordiale. »

- Demeurer centré : le fil à plomb aidés par la formule Vitriol sont les bases de nos travaux au 1er dégré, qu’il ne faut jamais oublier.

Perdre chaque jour quelque chose évoque tout particulièrement la taille de notre pierre brute et des débris de pierre éjectés pour que notre être , notre pierre taillée puisse s’insérer dans le temple, temple de l’humanité.

La recherche de la sagesse, de la sérénité est le travail de toute une vie, dans une vision initiatique que nous vivons en FM.

  • 3/ Vivre la FM à la LdV, une spécificité nous menant sur le chemin de l’Unité.

La notion d’Acte juste en chine est l’appropriation de l’action avec le moment. Il y a une notion permanente du contexte. Une Loge juste et parfaite doit prendre en compte en permanence le contexte.

A la LdV, le contexte d’une loge de mission, acceptant FF et SS visiteurs de toutes obédiences, traitant de l’Asie dans un univers maçonique, quel bel exemple de prise en compte du contexte ! Et quelle richesse !

C. Javary expliquait que la vision chinoise donne deux types d’harmonies : celle du semblable et celle du différent. Semblable tels qu’une boîte et son couvercle. Différent tels qu’un homme et une femme.

Ces notions d’harmonie sont sujet d’une planche à part entière mais rapporté à la LdV, c’est une loge qui connait ces deux types d’harmonies :

Nous avons de semblable notre tradition maçonnique au travers d’obédiences différentes et travaillons aux différences avec l’Asie. Après l’analyse que nous venons de faire sur la concordance des visions initiatiques maçonniques et asiatiques, je trouve que cela nous permet de décupler notre force d’évolution initiatique. En tous cas, pour ce qui me concerne, ces 10 ans partagés à la LdV m’ont transformée, enrichie, assurée de mes intimes intuitions.

  • Conclusion :

Les plus anciennes origines du boudhisme remontent à l’hindouisme où l’idée fondamentale est que la diversité des choses et des événements que nous voyons, que nous sentons autour de nous ne sont que différentes manifestations d’une même réalité. La réalité en soi, l’essence intérieure de toutes choses.

Le réel est donc Un, bien qu’il paraisse multiple. Ceci nous incite à regarder au-delà des masques, à prendre conscience que la différence cache l’unité et à accéder à la révélation de l’un.

On retrouve cela dans la physique actuelle :

La théorie de la relativité démontre que l’espace et le temps sont liés. Ils ne font qu’un.
La physique quantique montre qu’une particule de matière est en même temps onde et matière. Le Quantique est l’invisible qui anime la matière vivante. On peut parler de psychomatière. Le quantique me fait penser au souffle median, un des souffles ternaires du Tao cités en début de planche.

Alors, Tradition maçonnique, Traditions asiatiques, concordance vers l’Unité ?

Oui :

-Unité car symboles différents pour un message unique
-Unité vers la transcendance dans cet univers qui ne fait qu’UN

« Mes principes sont très faciles à comprendre », dit Lao Tseu, ils enseignent le devoir d’appliquer d’abord à soi-même les règles qu’on voudrait voir appliquées par autrui c’est-à-dire apprendre à se connaître, à se maîtriser. « Qui prend conscience de son erreur ne commet plus d’erreur»

 «Qui connaît autrui est intelligent,
Qui se connaît est éclairé,
Qui vainc autrui est fort,
Qui se vainc soi-même a la force de l’âme »

N’est-ce pas ce pour quoi nous travaillons en Loge ?

  • Sources :
-Lao Tseu
-Cyril Javary
-François Cheng
-Pascale Senk

Retour